Principes de la reconstruction du sein

Reconstruction du sein
La reconstruction du sein nécessite plusieurs interventions séparées de plusieurs mois. Elle consiste en plusieurs temps opératoires :

    1. Création d’un volume
    2. Symétrisation du sein controlatéral
    3. Reconstruction du mamelon et de l’aréole

Les interventions sont prises en charge par la sécurité sociale (protocole ALD 100 %)

Quand effectuer la reconstruction ?

La reconstruction ne doit pas interférer avec le traitement du cancer du sein.

  • Reconstruction immédiate : Elle est possible dans les cas suivants : carcinome canalaire in situ diffus, récidive après traitement conservateur chez une patiente ayant déjà été traitée par radiothérapie, marges non saines après un traitement conservateur lorsque les ganglions sont négatifs et qu’après mastectomie, il n’y aura pas d’indication de radiothérapie, mutations génétiques de type BRCA1 et BRCA2.
  • Reconstruction différée : Le plus souvent, un traitement complémentaire (radiothérapie, chimiothérapie) est nécessaire après la mastectomie. Ces traitements influent sur les qualités cicatricielles de la peau, un délai d’attente de 6 mois à 1 an est donc nécessaire après la fin de la radiothérapie avant d’envisager une reconstruction du sein amputé.

Choix de la technique de reconstruction du sein

Le choix de la technique de reconstruction dépend de la qualité des tissus thoraciques, du rapport bénéfices/risques et des sites donneurs de lambeaux. Les techniques les plus simples et les moins risquées sont utilisées en première intention. Une reconstruction par prothèse n’est possible que si les tissus sont suffisamment souples pour permettre la distension des tissus ce qui n’est généralement pas le cas si une radiothérapie a été nécessaire. Il faut alors amener des tissus supplémentaires par un lambeau qui peut venir du dos (lambeau de grand dorsal) ou du ventre (lambeau abdominal – DIEP).